La BCE ne change de pas de ton

10 mars 2017

La BCE ne change de pas de ton

Le conseil des gouverneurs de la Banque Centrale Européenne n’a pas fait évoluer sa politique monétaire, et a laissé ses taux directeurs inchangés en zone euro.

Le taux d’intérêt des opérations principales de refinancement demeure ainsi à 0%, celui de la facilité de prêt marginal reste à 0,25%, et le taux de la facilité de dépôt se maintient quant à lui en territoire négatif, à -0,40%. La BCE a confirmé que le montant mensuel des rachats d’actifs, qui s’élevait jusqu’ici à 80 milliards d’euros par mois, serait abaissé à 60 milliards d’euros d’actifs mensuels dès le mois prochain.

L’institut d’émission ne s’est néanmoins pas prononcé sur une poursuite du mouvement de baisse de son programme de rachat d’actifs. Mario Draghi a d’ailleurs répété que si les perspectives devenaient moins favorables en termes d’anticipations d’inflation, ou que si les conditions financières n’étaient plus compatibles avec de nouveaux progrès en direction d'un ajustement durable de la trajectoire d'inflation, la BCE était prête à augmenter son programme d'achats en termes de taille et/ou de durée. Le président de la banque centrale européenne a néanmoins avoué que les risques de déflation avaient largement disparu et que les anticipations d'inflation sur les marchés financiers avaient sensiblement augmenté. 

BCE 03 2017

La BCE reste donc prudente avant de réduire ses achats d’actifs et d’envisager une hausse des taux qui normaliserait sa politique monétaire. Elle souhaite avant tout constater un ajustement durable du taux d'inflation, ce qui n’est pas encore le cas, même si les prix en zone euro sont revenus ponctuellement sur la barre des 2% - objectif moyen terme de la Banque centrale. Le fait que le rebond de l’inflation sous-jacente, hors prix de l’énergie, soit pour l’heure contenue l’incite toujours à ne pas durcir de façon immédiate sa politique monétaire, et à maintenir ses rachats d’actifs.

L’institution a néanmoins profité de la réunion d’hier pour relever ses prévisions d’inflation en zone euro. La BCE mise désormais sur une inflation de 1,7% en 2017, après une précédente estimation à 1,3%. Cette réévaluation apparaît donc comme un pas de la BCE en direction de la normalisation de sa politique. La décision de la BCE et la conférence de presse de Mario Draghi ont d’ailleurs été immédiatement suivies par un dégagement des opérateurs sur le marché de la dette d’Etat, et notamment sur les Bund et les OAT, avec, à la clé, une hausse de leurs taux. Ce qui pourrait à terme, si ce mouvement se confirmait, se traduire par des pressions haussières sur les taux de crédit immobilier... 

© 2018 Emprunt Direct - Réalisation IMVE