La BCE laisse sa politique monétaire inchangée

15 avril 2015

La BCE laisse sa politique monétaire inchangée

Le Conseil des gouverneurs de la Banque Centrale Européenne a décidé de laisser inchangés ses taux directeurs en zone euro. 

Les taux d’intérêt des opérations principales de refinancement, de la facilité de prêt marginal et de la facilité de dépôt restent respectivement fixés à 0,05%, 0,30% et -0.20%.

L’achat de titres de dettes souveraines sur les marchés a débuté début mars, mettant de facto une nouvelle pression baissière sur les taux, y compris français. Face à la crainte d’une pénurie de titres de dette publique sur le marché pour faire face à la demande mensuelle de la Banque Centrale – laquelle se monte à 60 milliards d’euros - le président de la BCE s’est montré rassurant, en indiquant qu’il ne percevait pas de signes d’une telle pénurie, et a indiqué que son plan d’action était suffisamment flexible pour être ajusté si les conditions devaient changer.

L’objectif principal de la Banque Centrale reste la stimulation d’un certain nombre d’indicateurs, et notamment le taux d’inflation. Celui-ci devrait s’avérer toujours négatif dans les mois à venir. Mais l’institution table sur un redressement de l’inflation en cours d’année, et l’indice des prix à la consommation harmonisé devrait continuer à progresser au cours des années 2016 et 2017. 

Le président de la BCE a indiqué dans son intervention que le quantitative easing avait eu un impact positif sur le coût du financement externe pour le secteur privé. Il a noté une amélioration des conditions d'emprunt pour les entreprises et les ménages, phénomène qui se couple avec une hausse de la demande de crédit. Il a également souligné la reprise de l’activité économique. Mais celle-ci tend à être freinée selon lui par les ajustements de bilans dans certains secteurs, ainsi que par la lenteur dans la mise en oeuvre des réformes structurelles.

Sur le front du crédit immobilier, l’absence de changement de cap de la BCE n’incite pas à anticiper un prochain retournement de tendance sur le front des taux de crédit immobiliers. Jusqu’à la fin du premier semestre 2015, l’hypothèse la plus probable reste une stabilité des taux de crédit, voire même une légère orientation à la baisse de ces derniers. 

© 2018 Emprunt Direct - Réalisation IMVE