Statu quo en ce début de temps fort habitat

06 mars 2018

Statu quo en ce début de temps fort habitat

A l’orée du premier temps fort de l’année immobilière, les premiers barèmes communiqués par les établissements financiers partenaires d’Emprunt-Direct.com ont fait état, début mars, de conditions de crédit immobilier quasiment inchangées. 

La majeure partie des grilles transmises est en effet quasiment stable d’un mois sur l’autre, même si l’on constate, chez certains établissements financiers, de légères hausses de taux qui peuvent aller jusqu’à 10 points de base.

Les banques ont donc opté pour le statu quo, aidées en cela par une relative accalmie sur les marchés de taux, et un contexte concurrentiel toujours intense. Les établissements ayant, pour un grand nombre d’entre eux, maintenu des objectifs de production élevés, ceux- ci ne peuvent appliquer de hausses trop abruptes, faute de quoi les flux de production seraient redirigés vers des banques concurrentes. Aussi, si quelques-unes ont appliqué de légères hausses pour privilégier leurs marges, elles restent, pour l’heure, confrontées à une baisse de la demande, les obligeant à maintenir des taux attractifs. 

« L’affaiblissement de la demande observé depuis le deuxième semestre 2017 est toujours d’actualité en ce début 2018. Celui-ci est d’autant plus palpable par rapport au début de l’année dernière, où la production avait été exceptionnellement forte sur les trois premiers mois de l’exercice. Les banques misent par conséquent sur une normalisation du calendrier de production, avec des crédits cette fois-ci délivrés au cours du traditionnel temps fort habitat. Elles adaptent donc leurs grilles en conséquence », indique Alban Lacondemine, président d’Emprunt Direct.

« L’inflation en zone euro restant pour l’heure à des niveaux relativement bas, les banques souhaitent stimuler la production en maintenant des conditions attractives pour contrecarrer une demande peu active. Mais celle-ci reste également pénalisée par l’augmentation des prix constatée dans plusieurs métropoles. Aussi, la plupart des établissements restent dans une position proactive, ayant conscience qu’une hausse des taux pourrait fragiliser le plan de financement d’emprunteurs déjà pénalisés par la hausse des valeurs, notamment celui des primo-accédants ou des emprunteurs aux revenus modestes », souligne Alban Lacondemine. 

© 2018 Emprunt Direct - Réalisation IMVE