Stabilisation baissière des taux de crédit

06 juin 2018

Stabilisation baissière des taux de crédit

Au vu des premières grilles communiquées en ce début de mois, les établissements financiers partenaires d’Emprunt-Direct.com ont tous opté pour le statu quo. Une part importante du baromètre est ainsi restée inchangée, même si l’on constate également de légers replis de l’ordre de 5 points de base.

On notera toutefois que ces baisses sont la conséquence de mouvements opérés tout au long du mois de mai par quelques établissements souhaitant réaliser des efforts pour stimuler leur production de prêts.

Cette baisse de taux semble être la résultante des dernières évolutions observées sur les marchés obligataires, qui font face depuis quelques semaines à des pressions baissières sur les rendements, conséquence d’un retour du risque politique. Les banques ont ainsi appliqué en mai des mouvements baissiers sur certaines maturités et qualités de dossiers, pour stimuler leur production vis-à-vis de certains types de dossiers.

« Aucun barème n’a, en ce début de mois de juin, fait état de mouvements. Les banques ont poursuivi le mois dernier leurs offensives commerciales pour stimuler leur production », analyse Alban Lacondemine, président fondateur d’Emprunt Direct. « Cette baisse opérée par quelques acteurs intervient dans un contexte d’atonie du marché du crédit, la production revenant peu à peu à son rythme de production de l’année 2016. Leur objectif est, dans un environnement de baisse des aides étatiques, de donner des marges de manœuvre aux emprunteurs afin que ces derniers puissent concrétiser leurs projets », affirme-t-il.

« Les taux reviennent quasiment à leur nadirs de la fin 2016. Mais, avec les prix de l’immobilier, qui restent toujours aussi élevés dans un certain nombre de grandes métropoles, leur pouvoir d’achat immobilier s'est contraint avec la réduction des aides, et notamment l’APL accession dans le neuf, et le recentrage du prêt à taux zéro et du Pinel. Certains plans de financement ont en effet été fragilisés par les réformes mises en place début 2018 au sein de ces dispositifs, lesquelles pèsent sur la demande. On notera en outre une baisse de la proportion des demandes en rachat de crédits dans la production, celles-ci étant tombées sous la barre des 20% », indique Alban Lacondemine.

© 2018 Emprunt Direct - Réalisation IMVE