Pas de changement de cap pour la BCE

08 mai 2018

Pas de changement de cap pour la BCE

La Banque centrale européenne (BCE) a, au terme de la réunion du Conseil des gouverneurs, laissé inchangés ses taux d’intérêts directeurs en zone euro. 

Le taux d’intérêt des opérations principales de refinancement est resté à 0%, le taux de la facilité de prêt marginal à 0,25%, et le taux de la facilité de dépôt à -0,40%. L’institution n’a pas non plus fait évoluer le montant de son programme de rachat d’actifs, qui demeure à 30 milliards d’eurosmensuels.

Le président de la BCE, Mario Draghi, a indiqué, lors de sa conférence de presse, que la réunion de jeudi nes’était pas traduite par un débat sur la politique monétaire en tant que telle. Les membres du Conseil des gouverneurs ont fait état de la situation dans leur propre pays. On se souvient qu’un changement majeur dans le discours de l’institution, à savoir la référence à une augmentation - si nécessaire - du volume et de la durée de ses rachats d'actifs, avait disparu en mars. Ce qui avait rapproché, de fait, un possible arrêt de cette mesure non conventionnelle. L'inflation sous-jacente demeure en effet faible, mais les pressions sont attendues « en hausse graduelle sur le moyen terme », soutenues notamment par la politique non conventionnelle et la poursuite de la croissance.

Si la réunion d’hier a été marquée par l’absence de changement de discours, un arrêt des achats d’obligationsd’Etat et d’entreprises par la BCE semble peu à peu se rapprocher, au fur et à mesure de la normalisation économique. En mars, la BCE avait révisé ses prévisions d’évolution des prix, à +1,4% en 2019, contre +1,5% précédemment. Ce vendredi, l’accélération des prix en France s’est toutefois révélée être supérieure à ce prix.Les prix à la consommation augmenteraient de +1,6 % en avril 2018, comme en mars, selon l'estimation provisoire réalisée en fin de mois par l’INSEE.

La BCE a indiqué par la voix de son président que la convergence de l'inflation vers l'objectif demeurait dépendante d'un degré élevé d'accommodation monétaire. Mario Draghi a donc insisté sur le fait que la continuité est un terme ayant été utilisé dans la discussion au sein du Conseil des gouverneurs. La banque centrale livreralors de sa prochaine réunion ses perspectives de croissance et d’inflation, ce qui pourrait donner lieu à des biaisplus marqués en matière d’orientation des taux sur le marché secondaire des obligations d’Etat, ce qui seraitsusceptible d’avoir des conséquences sur le segment du crédit à l’habitat.

© 2018 Emprunt Direct - Réalisation IMVE