Vers une amplification de l'assouplissement quantitatif

23 octobre 2015

Vers une amplification de l'assouplissement quantitatif

Le Conseil des gouverneurs de la Banque Centrale Européenne n’a pas varié les taux directeurs en zone euro.

Les taux d’intérêt des opérations principales de refinancement, de la facilité de prêt marginal et de la facilité de dépôt restent, respectivement, à 0,05%, 0,30% et -0.20%. Lors de sa conférence de presse, le président de la BCE a indiqué qu’une nouvelle baisse du taux de dépôt marginal avait été discutée par le Conseil des gouverneurs, sans pour autant que celle-ci ne soit actée.

Mais les marchés attendaient l’homme fort de l’institution, Mario Draghi, sur un autre point, à savoir une extension ou un possible prolongement de sa politique d’assouplissement quantitatif au-delà du terme initialement prévu, soit en septembre 2016. Ils n’ont pas été déçus : le président de la BCE a indiqué qu’il allait « réexaminer » sa politique monétaire lors de sa prochaine réunion du conseil des gouverneurs, prévue le 3 décembre. Ce qui pourrait se traduire par une augmentation du montant de ses rachats d’actifs, de 60 à 80 milliards par mois sur les marchés. 

La perspective d’un possible élargissement du programme de soutien monétaire a été intégrée immédiatement sur les marchés de taux. Le rendement de l’OAT 10 ans a ainsi reculé de près de 10 points de base, revenant à 0.83%. Sur le front du crédit immobilier, le discours prononcé jeudi par le président de la BCE aurait donc plutôt comme conséquence de se traduire en un biais baissier sur les barèmes.

La volonté affirmée hier par le président de la Banque Centrale Européenne tend en tout cas à éclaircir l’horizon sur les marchés de taux : la BCE va maintenir une pression acheteuse, voire l’amplifier dans les prochains mois, ce qui aura nécessairement des conséquences du point de vue du biais directionnel. Il faut dire que le taux d’inflation visé à moyen terme par la Banque Centrale Européenne-2%- est désormais bien loin, ce qui implique que l’institution ne reste pas attentiste. Avec les rachats d’actifs et la baisse du taux de dépôt au jour le jour, la BCE entend bien être volontariste en matière monétaire, ce qui laisse anticiper une baisse des taux de crédit de la part des institutions bancaires dans les mois à venir. 

© 2018 Emprunt Direct - Réalisation IMVE