Vers un assouplissement quantitatif en zone euro

04 avril 2014

Vers un assouplissement quantitatif en zone euro

La Banque Centrale Européenne a laissé jeudi ses taux directeurs inchangés.

Lors de sa réunion, le Conseil des gouverneurs de la BCE a en effet laissé le taux d’intérêt des opérations principales de refinancement ainsi que ceux de la facilité de prêt marginal et de la facilité de dépôt, à 0,25 %, 0,75 % et 0,00 %.

Le discours de Mario Draghi, le président de l’institution, a toutefois surpris certains acteurs lors de sa traditionnelle conférence de presse, en ouvrant la porte à un possible assouplissement quantitatif pour lutter notamment contre les risques pesant sur l’inflation, qui reste loin (0.5%) de l’objectif moyen terme de 2% souhaité par l’institution.

L’assouplissement quantitatif a ainsi été présenté par la BCE comme l’un des possibles outils à sa disposition pour mener à bien sa mission d’un maintien de la stabilité des prix, une chose assez nouvelle pour être soulignée. Mario Draghi a en outre révélé que l’ensemble des membres du conseil, allemands compris, s’était montré favorables à une telle option en cas de trop longue persistance d’une inflation basse.

Reste que ce changement ne s’est pas accompagné d’une modification des anticipations d’inflation dans les prochains mois. La BCE évalue limités les risques sur les perspectives d'évolution des prix. Ceux-ci devraient selon elle se reprendre au cours de l'année 2015 pour atteindre des niveaux proches de 2% à la fin 2016. L’évocation d’un assouplissement quantitatif en tant qu’outil destiné à se prémunir contre un risque déflationniste permet ainsi à la BCE de temporiser et de prémunir en cas de nouvelle baisse du taux d’inflation.

Sur le front des taux de crédit, cette position tend à conforter l’hypothèse d’une stabilité de ceux-ci dans les prochains mois, ces déclarations évacuant de facto un certain nombre de risques haussiers pesant sur les taux de l’OAT 10 ans, et donc, par ricochet, sur les taux de crédit immobilier. On notera d’ailleurs que cette position ainsi que l’assurance d’un maintien d’une politique accommodante de la part de la BCE n’ont eu qu’un impact baissier très limité sur ces derniers.

© 2018 Emprunt Direct - Réalisation IMVE