Taux : nouvelle baisse des taux de la BCE

09 décembre 2011

Taux : nouvelle baisse des taux de la BCE

La Banque Centrale européenne a, comme attendu, baissé d'un quart de point ses taux directeurs, un geste largement anticipé par les opérateurs de marché. Le taux de refinancement, le taux de facilité de dépôt et le taux de prêt marginal ont tous trois été réduits de 0,25 point.

La Banque Centrale européenne a, comme attendu, baissé d'un quart de point ses taux directeurs, un geste largement anticipé par les opérateurs de marché. Le taux de refinancement, le taux de facilité de dépôt et le taux de prêt marginal ont tous trois été réduits de 0,25 point.

Le tout nouveau présidentde la BCE, Mario Draghi, a toutefois nettement refroidi les ardeurs de nombre d'observateurs lors de la conférence de presse consécutive à l'annonce de la décision sur les taux, en abaissant significativement les prévisions de croissance de l'institution pour la zone euro et en indiquant qu'il n'était pour l'heure pas dans ses plans d'augmenter massivement son programme de rachats d'obligations souveraines ou encore d’autoriser des prêts au Fonds monétaire international (FMI) pour que ce dernier vienne en aide à certains pays de la zone euro.

En outre, l'institution francfortoise a nettement abaissé ses prévisions de croissance, indiquant que le produit intérieur brut (PIB) de la zone euro pourrait diminuer de 0,4% en 2012. De nouvelles mesures de soutien aux banques ont également été annoncées à destination des établissements en difficulté, avec de nouvelles opérations de refinancement à 36 mois, afin notamment d'assurer l'accès aux liquidités pour le système bancaire et de faciliter le fonctionnement du marché monétaire de la zone euro.

« Les récentes tensions intervenues sur les marchés obligataires et interbancaires en zone euro ont poussé la Banque Centrale Européenne à intervenir, d’une part par le levier des taux, et d’autre part via des mesures moins conventionnelles, comme des appels d’offre à 3 ans » note Alban Lacondemine, président d’Emprunt Direct.

« Néanmoins, ceci devrait une fois de plus avoir peu d’impact sur les taux fixes, qui constituent actuellement près de 95% de la production de crédit en France », note-t-il. « Si cette baisse devrait impacter, dans un environnement normal, les taux variables, la nécessité pour les banques de reconstituer leurs marges dans un contexte prudentiel toujours plus contraignant pourrait pousser celles-ci à ne pas faire évoluer leurs barèmes pour cet autre type de prêt, d’autant que les menaces sur le triple A français se font de plus en plus prégnantes » conclut Alban Lacondemine.Taux : nouvelle baisse des taux de la BCE

© 2018 Emprunt Direct - Réalisation IMVE