Taux : l’accalmie se confirme

02 novembre 2013

Taux : l’accalmie se confirme

Les taux de crédit immobilier n’ont pratiquement pas évolué d’un mois sur l’autre, selon les derniers barèmes communiqués en ce début du mois de novembre par les partenaires bancaire d’Emprunt Direct. Si quelques variations sont notables sur le mois sur le baromètre général, elles n’excèdent pas, en moyenne, les 5 points de base.

Les taux de crédit immobilier n’ont pratiquement pas évolué d’un mois sur l’autre, selon les derniers barèmes communiqués en ce début du mois de novembre par les partenaires bancaire d’Emprunt Direct. Si quelques variations sont notables sur le mois sur le baromètre général, elles n’excèdent pas, en moyenne, les 5 points de base.

Comme nous l’avions déjà observé début octobre, les établissements ont choisi de ne pas faire évoluer leurs conditions tarifaires, après une accalmie assez sensible sur les taux longs. Le rendement de l’OAT 10 ans a en effet atteint un pic en septembre, avant de retomber par la suite.

Mais cette décrue n’a pas encore été répercutée sur le marché du crédit à l’habitat. En cette fin d’année, nombre d’établissements bancaires ont en effet atteint leurs objectifs commerciaux, ce qui les incite à ne pas abaisser leurs grilles de taux. Un emprunteur disposant d’un excellent dossier pourra ainsi toujours emprunter, sur 10 ans, à un taux de 2.45%. Même constat pour les emprunteurs souhaitant emprunter sur 25 ans, et disposant d’un très bon dossier : ils empruntent en effet à 3.45%, soit des conditions inchangées par rapport à octobre.

Toutefois, de rares mouvements haussiers sont à noter sur les dossiers de moins bonne qualité, les banquiers étant provisoirement moins enclins à la négociation. Le montant de la production de crédit immobilier a en effet été bien plus important que ce qui avait été prévu par nombre d’établissements début 2013.

Aussi, sans pression concurrentielle, les banques tardent, pour l’heure, à répercuter la baisse de ces mêmes taux dans leurs barèmes. De la même façon, et sans que ceci joue sur le niveau des taux, certaines banques ont tendance à se montrer plus exigeantes sur la qualité des dossiers présentant les moins bonnes garanties, une preuve supplémentaire du moindre appétit des établissements pour le prêt immobilier en cette fin d’année. Toutefois, cette situation devrait rester conjoncturelle. Dès le début d’année, les banques devraient de nouveau se montrer plus agressives sur ce segment, avec la remise à zéro de leurs objectifs commerciaux.

© 2018 Emprunt Direct - Réalisation IMVE