10 janvier 2013

Sixième statu quo consécutif

La Banque Centrale Européenne est restée sur ses positions en laissant inchangés ses taux directeurs, et ce pour la sixième fois consécutive.

La Banque Centrale Européenne est restée sur ses positions en laissant inchangés ses taux directeurs, et ce pour la sixième fois consécutive. Le taux d’intérêt des opérations principales de refinancement, ceux de la facilité de prêt marginal et de la facilité de dépôt, restent respectivement à 0,75%, 1,50 % et 0%. Le statu quo observé par la BCE n’est en soi pas une surprise. D’un côté, les tensions inflationnistes sont plus que jamais contenues : la baisse de l’inflation à 2.2% ramène celle-ci à proximité de l’objectif moyen terme de la BCE, fixé à 2%. Elle devrait même, selon Mario Draghi, passer sous les 2% en 2013. De l’autre, la baisse du niveau de stress observé sur les marchés financiers, caractérisé par une baisse des taux souverains et une hausse des marchés d’actions, tend également à conforter la neutralité du biais de la politique monétaire.

Le président de la BCE, Mario Draghi, s’est montré satisfait par le regain de confiance actuellement observé sur les marchés financiers. Il a néanmoins appelé à une poursuite des efforts de renforcement de la résistance des établissements bancaires, lorsque cela était nécessaire. Surtout, il mise sur le fait que l’amélioration des bilans des établissements permettra à terme un retour à une fourniture « appropriée » de crédits aux agents économiques.

Pour autant, on ne peut pas dire que la BCE se montre optimiste. Si elle pense que l’activité devrait se reprendre dans le courant de l’année 2013, elle sait que les rééquilibrages de bilan auront un impact négatif sur l’économie. Sur le marché du crédit immobilier, ceci devrait se traduire par une poursuite des politiques plus restrictives menées par les banques depuis la mi-2011, marquées par des conditions d’octroi bien plus strictes que par le passé. Néanmoins, la perspective de reprise de l’activité fin 2013 pourrait avoir un impact positif sur la production de crédit à l’habitat en fin d’année, via une amélioration des anticipations économiques de l’ensemble des acteurs économiques.

© 2018 Emprunt Direct - Réalisation IMVE