PTZ dans l'ancien : un simple effet d'annonce

30 octobre 2015

PTZ dans l'ancien : un simple effet d'annonce

Le président de la République a, lors d’un discours prononcé hier en Lorraine, annoncé un élargissement du prêt à taux zéro (PTZ). 

Celui-ci était jusqu’ici principalement réservé au logement neuf. De ce fait, son impact potentiel était jusqu’ici limité : sous conditions de ressources, il ne touchait qu’une partie des ventes, celles touchant les logements neufs, qui ne représentaient en tout, en 2014, que 20% des ventes de logements réalisées en France. La principale nouveauté dans ce dispositif réside dans le montant du prêt, lequel pourrait être porté à 40% de l’opération, contre un pourcentage de 26% maximum aujourd’hui.

Cette mesure était toutefois également utilisable pour l’acquisition d'un logement ancien dans près de 6.000 communes, mais ceci sous conditions de travaux. Pour bénéficier d’une telle aide, il faut en effet que des travaux soient réalisés à hauteur d'au moins 25% du coût total de l'opération.

Le projet de loi de finances pour 2016 prévoit d'étendre le périmètre pour le logement ancien à l'ensemble de la zone C. Le président a annoncé qu’il serait étendu à « la quasi-totalité du pays » et promis d’autres élargissements, comme ceux touchant le différé de remboursement de cinq ans.

« Telle qu’annoncée hier, cette mesure va certes permettre d’élargir le nombre de ménages éligibles au PTZ. C’est en soi une bonne nouvelle, mais ceci aura un impact limité pour les accédants. Dans le neuf, les conditions de ressources brident le nombre de bénéficiaires potentiels. Dans l’ancien, les conditions de travaux, qui doivent atteindre 25% de l’opération, sont, en soi, un élément qui limite la portée du dispositif : le bénéfice du PTZ doit plus qu’absorber le cout supplémentaire des travaux. Le gouvernement, sans doute dans un souci d’économies budgétaires, lance de plus cet élargissement à un moment où les taux de crédit immobilier sont proches de leurs plus bas : le bénéfice du PTZ est moindre que ce qu’il pouvait être il y a trois ans. Il faudra être attentif aux conditions d’application du dispositif : un relèvement des plafonds pourrait être positif pour les accédants. Mais pour l’heure, l’élargissement annoncé jeudi ne semble être qu’un simple effet d’annonce » a indiqué Alban Lacondemine, président d’Emprunt Direct. 

© 2018 Emprunt Direct - Réalisation IMVE