Les taux remontent en juin

01 juin 2015

Les taux remontent en juin

Pour la première fois depuis de nombreux mois, les taux de crédit immobilier sont orientés à la hausse au titre du mois de juin, selon les premières grilles de taux émanant des partenaires bancaires d'Emprunt Direct. 

Ce mouvement fait suite à une quasi-stabilisation des grilles observée le mois précédent. Cette progression va de 5 à 15 points de base, voire 20 points de base pour certains dossiers sur 30 ans. 

De nombreuses banques tentent toutefois de maintenir inchangés leurs taux, afin de rester compétitifs en cette période plutôt dense en matière de production de crédit. Cette posture reste propre aux établissements souhaitant rester bien placés en matière de production de crédit au terme du premier temps fort de l’année immobilière.

Les mouvements haussiers en ce début de mois sont plus le fait d’acteurs faisant face à une importante demande. Ils souhaitent par ceux-ci sécuriser leurs marges. Depuis le début de l'année, nombre d'établissements avaient en effet appliqué d'importantes baisses sur leurs grilles, dans le sillage des mouvements observés sur les marchés de taux, si bien que ces derniers se trouvaient à un niveau inférieur à celui qui était le leur de début d'année . 

Le renversement des indicateurs longs sur les marchés de taux change toutefois la donne. Ces derniers sont en effet revenus à leur niveau de fin d'année 2014, créant de facto en aval une pression haussière sur les taux en matière de distribution de crédit à l'habitat.

«Cette pression haussière est clairement perceptible ces deux dernières semaines, différents établissements nous indiquant qu’ils procéderont à des hausses de leurs barèmes dans les semaines ou mois à venir si les conditions de marché restent identiques » souligne Alban Lacondemine, président d’Emprunt Direct.

« Si pour l'heure, comme l'ont indiqué un certain nombre d'intermédiaires, ces mouvements peuvent être la conséquence de stratégies commerciales de la part d'établissements, aucun analyste sérieux ne peut, de la même façon, exclure un changement de cycle. Les marchés de taux sont en effet plus que jamais dépendants de l'ensemble des anticipations des acteurs de marché, notamment sur le timing de la fin de la politique d'assouplissement quantitatif de la BCE. Le retournement intervenu récemment pourrait en effet très bien s'amplifier, si les indicateurs macroéconomiques et les anticipations d'inflation venaient à s'améliorer. La remontée des taux peut également se poursuivre par paliers, sans toutefois être totalement linéaire» indique Alban Lacondemine. 

© 2018 Emprunt Direct - Réalisation IMVE