Le mouvement de hausse des taux se poursuit en février

02 février 2017

Le mouvement de hausse des taux se poursuit en février

La hausse des taux de crédit immobilier initiée fin novembre par une grande partie des établissements financiers se poursuit à un rythme cadencé. 

Dans un contexte marqué par une hausse des rendements sur les marchés obligataires, les établissements partenaires d’Emprunt Direct ont en effet fait état de hausses de taux de l’ordre de 5 à 15 points de base, suivant les maturités de prêt et la qualité du dossier de l’emprunteur.

On observe d’ailleurs ce mois un élargissement de l’écart entre bons et excellents dossiers. Cette tendance est particulièrement visible sur 20 ans. Un emprunteur souhaitant financer un bien sur cette durée et disposant d’un excellent dossier n’a vu les taux appliqués n’augmenter que de 5 points de base, alors même que l’emprunteur disposant d’un bon profil a vu ses conditions se durcir bien plus nettement, avec une hausse de 15 points de base. 

Taux 02 2017 crédit immobilier

La hausse des taux ne cesse d’éroder au fil des mois le pouvoir d’achat immobilier des emprunteurs. Mais là encore, l’impact est différent suivant le profil des acquéreurs. Hormis sur les durées longues, les profils excellents ont vu leurs taux augmenter de seulement 5 points de base, lorsque les autres dossiers ont vu leurs taux rehaussés de 10 à 15 points de base. Pour un prêt de 200.000 euros, l’augmentation représente, une hausse de mensualité de 5 euros à 14 euros sur 20 ans pour les emprunteurs suivant la catégorie. En termes de coût du crédit, l’augmentation représente, pour les excellents dossiers, une hausse de 1 089 euros, quand cette hausse se chiffre à 3 375 euros pour les bons dossiers.

« La hausse des taux s’est amplifiée ces dernières semaines, sous la pression d’évolutions macroéconomiques majeures. On observe encore quelques baisses émanant de rares établissements, mais celles-ci sont le fait de banques moins bien placées, qui souhaitent revenir dans les normes du marché, en amont du premier temps fort habitat» note Alban Lacondemine, président d’Emprunt Direct.

« La volatilité sur les marchés obligataires reste forte. La reprise de certains indicateurs d’activité, notamment de l’inflation en zone euro, incite les acteurs de marché à se dégager des actifs dits ‘surs’ pour se porter vers des actifs plus risqués. Ce mouvement vers ce type d’actifs se traduit de facto par une hausse des rendements sur les marchés obligataires. La montée en puissance du risque politique se révèle, par ailleurs, être l’une des explications à cette tension sur les marchés de taux » indique-t-il. 

© 2018 Emprunt Direct - Réalisation IMVE