La BCE reste attentiste

21 juillet 2016

La BCE reste attentiste

Le Conseil des gouverneurs de la Banque Centrale Européenne a laissé inchangés les taux directeurs
en zone euro.

Son taux d’intérêt des opérations principales de refinancement reste figé à 0%, le taux d’intérêt de la facilité de prêt marginal est maintenu à 0,25%, et le taux de la facilité de dépôt demeure, de la même façon, à -0,40%. Un niveau fixé en mars dernier.

La BCE n’a par ailleurs pas modifié son montant d’achats mensuels au titre de son programme d’achats d’actifs, fixé à 80 milliards d’euros par mois. Sur ce point précis, Mario Dragi a tenu à rassurer les intervenants sur un possible assèchement de liquidité, en indiquant que l’institution avait, par le passé, suffisamment montré sa capacité à adapter ses achats pour atteindre 80 milliards d'euros par mois jusqu'en mars 2017 voire au-delà.

Concernant l’inflation, le président de la BCE a indiqué que le récent Brexit ne semblait pas avoir eu le moindre effet sur les anticipations d'inflation. Elle a également souligné que les mesures de politique monétaire accommodante, ainsi que l’affirmation d’une possible fourniture, si nécessaire, de liquidités, avaient permis de contenir la tension du marché. Les marchés financiers de la zone euro ont, selon la BCE, su faire face au pic d'incertitude et de volatilité avec une résilience encourageante. Mais l'enquête trimestrielle réalisée par la Banque centrale auprès des prévisionnistes professionnels publiée vendredi montre malgré tout que la sortie du Royaume-Uni de l’Union Européenne aura un impact sur la croissance. Celle-ci devrait être finalement plus faible que prévu en 2017 et 2018, du fait, principalement, du Brexit.

Sur le front des marchés de taux, les opérateurs anticipaient pour certains un discours plus accommodant de Mario Draghi. Celui-ci aurait en effet pu préparer dans son discours à un nouvel assouplissement de sa politique monétaire. Il n’en a rien été, si bien que l’on a assisté, dans la foulée de cette réunion du conseil des gouverneurs, à des ventes d’obligations d’Etat européennes, un phénomène de nature à faire remonter les taux sur ces marchés. Sur le front du crédit immobilier, on peut néanmoins difficilement tirer des conclusions vis-à-vis de ces mouvements de court terme. Il y a donc fort à parier que l’on assiste, durant l’été, à une poursuite de la stabilisation des taux.

 

 

© 2018 Emprunt Direct - Réalisation IMVE