La BCE prépare le terrain

10 juin 2011

La BCE prépare le terrain

La BCE n'a surpris personne en annonçant un maintien de ses principaux taux directeurs. Le taux d’intérêt des opérations principales de refinancement ainsi que ceux de la facilité de prêt marginal et de la facilité de dépôt restent en effet à 1,25 %, 2,00 % et 0,50 %.

La BCE n'a surpris personne en annonçant un maintien de ses principaux taux directeurs. Le taux d’intérêt des opérations principales de refinancement ainsi que ceux de la facilité de prêt marginal et de la facilité de dépôt restent en effet à 1,25 %, 2,00 % et 0,50 %. Toutefois, les propos tenus par Jean-Claude Trichet dénotent un changement de cap là aussi attendu par l'ensemble des intervenants opérant sur les marchés de taux.

Le président de la Banque Centrale Européenne a en effet annoncé avoir relevé ses perspectives de croissance pour l'année en cours de 1,7% à une fourchette de 1,9% à 2%. Dans le même temps, l'institution a également fait part de ses nouvelles prévisions d'inflation, lesquelles ont été relevées de 2,3% à 2,6% au titre de l'année 2011. Concernant 2012, la BCE maintient toutefois ses prévisions d'inflation à 1,7 %.

Cet ensemble d'éléments de nature à conforter les anticipations des secteurs marchés obligataires, qui prévoyaient une hausse des taux pour juillet. Et ce d'autant que le Jean-Claude Trichet a employé le terme de « grande vigilance », ce qui, en langage de banquier central, signifie qu’une hausse des taux est quasiment actée pour le mois suivant.

Cette annonce d'une prochaine hausse des taux a toutefois eu très peu d'impact sur lemarché des obligations d'État. Les taux de l'OAT ont même reculé consécutivement à la conférence de presse de Jean-Claude Trichet. Il faut dire que les opérateurs obligataires avaient anticipé ce scénario, en se délestant en début de semaine des emprunts d'État français et allemand. L'absence de biais directionnel sur le marché des obligations d'État incite donc à la plus grande prudence concernant l'évolution à venir des barèmes de taux de crédit immobilier. En l'absence de mouvements sur ce marché, les banques pourraient donc opter dans les prochaines semaines pour une poursuite du statu quo sur leurs grilles, après plusieurs mois de hausse de celles-ci.

© 2018 Emprunt Direct - Réalisation IMVE