La BCE lance un important plan d'assouplissement quantitatif

22 janvier 2015

La BCE lance un important plan d'assouplissement quantitatif

La Banque Centrale Européenne n’a, une fois de plus, pas bougé ses taux directeurs, au terme du Conseil des gouverneurs. 

Le taux d’intérêt des opérations principales de refinancement, celui de la facilité de prêt marginal et de la facilité de dépôt demeurent à 0,05 %, 0,30 % et -0.20%. Mais l’institution, qui a depuis longtemps épuisé son potentiel en matière de baisse des taux était attendue sur un autre point, une nouvelle étape dans sa politique monétaire: la possibilité de lancer une nouvelle phase d’assouplissement quantitatif, en rachetant notamment des titres de dettes souveraines sur les marchés.

La Banque Centrale a confirmé les attentes des nombreux analystes qui pariaient sur une telle action de la part de l’institution. Il a même été plus loin que le consensus, en indiquant que le programme de rachat d'actifs serait de 60 milliards d'euros jusqu'à fin septembre 2016, alors que la plupart des analystes tablaient sur un montant mensuel de 50 milliards. 

La Banque Centrale Européenne a en cela imité d’autres grandes banques centrales qui avaient pris une telle décision avant elle. Ce fut le cas de la Fédéral Réserve aux Etats Unis ou de la BoJ au Japon. Il faut dire que la Banque Centrale Européenne était au pied du mur. Les prix en zone euro ont baissé de 0,2 % sur un mois en décembre. Une première depuis octobre 2009. Un chiffre qui oblige la BCE à agir pour respecter la stabilité des prix, objectif au centre de son mandat, qui doit se traduire dans les faits par une hausse des prix limitée (la banque centrale vise une hausse des prix de 2%).

Cette décision, largement anticipée par le marché, n’aurait pas eu de conséquences importantes si les montants annoncés par la BCE -1000 milliards d’euros d’ici à la fin 2016- n’avaient pas été significativement plus importants que ce que la plupart des analystes anticipaient. Mais un rachat plus prononcé qu’attendu d’actifs a eu de fait un impact baissier sur les marchés de taux. Sur le front du crédit immobilier, cette nouvelle action de la BCE n’est donc pas de nature à remettre en cause la tendance baissière des taux pratiqués depuis de nombreux mois par les établissements bancaires. 

© 2018 Emprunt Direct - Réalisation IMVE