La BCE attend juin pour agir

12 mai 2014

La BCE attend juin pour agir

La BCE a laissé inchangés ses taux directeurs.

Lors de sa réunion, le Conseil des gouverneurs de l’institution a en effet décidé de laisser le taux d’intérêt des opérations principales de refinancement ainsi que ceux de la facilité de prêt marginal et de la facilité de dépôt, à 0,25 %, 0,75 % et 0,00 %.

Le président de la BCE, Mario Draghi a en outre indiqué que le conseil des gouverneurs était « confortable » avec le fait d’agir en juin lorsque les nouvelles projections économiques seront connues. Mais il s’est toutefois gardé de préciser quelle serait son action. L’institution pourrait par exemple opter pour la fixation d’un taux de rémunération des dépôts négatif, ce qui serait une première pour l’institution européenne, ou encore décider de rachats d’actifs. 

La récente parution de l’indice des prix à la consommation en zone euro a semble-t-il incité la Banque Centrale à ne pas agir ce mois-ci. L’indice des prix à la consommation pour les pays de la zone est remonté à 0,7% en rythme annuel en avril, contre une hausse de 0,5% en mars, ce qui était alors son plus bas niveau depuis fin 2009. Ce léger redressement a toutefois permis au conseil de la Banque Centrale de temporiser dans son action.

Cette conférence a toutefois conforté la posture de « Forward Guidance » adoptée récemment par la BCE. Elle a ainsi annoncé son intention d’agir en juin, tout en précisant ne pas anticiper de déflation dans la zone. Mario Draghi estime que l’inflation a atteint un point bas, et qu’elle devrait remonter progressivement.

En matière de crédit immobilier, cette nouvelle ne devrait pas se solder par un changement significatif sur le front des taux. Cette attitude de la BCE n’est notamment pas, à court terme, de nature à faire remonter les taux de l’OAT 10 ans. Il faudrait en effet attendre un véritable redressement du biais du taux d’inflation pour que ceux-ci repartent à la hausse, du fait de dégagements sur le marché des emprunts d’Etat. Les banques pourraient donc dans les prochaines semaines être tentées de poursuivre leur offensive commerciale sur le front du crédit à l’habitat, sans craindre pour leurs marges. 

© 2018 Emprunt Direct - Réalisation IMVE