Nouveau statu quo

08 juillet 2010

Nouveau statu quo

La BCE a laissé ses principaux taux directeurs inchangés. Le taux de refinancement reste à 1%.

Rien de bien nouveau sous le soleil de Francfort : la BCE a une fois de plus opté pour un maintien de ses principaux taux directeurs en zone Euro, lesquels stagnent depuis mai 2009. Il y a d’ailleurs fort à parier que les débats au sein du conseil des gouverneurs n’auront pas tant porté sur le niveau approprié des taux d’intérêt que sur la santé des banques en Europe, nouvelle obsession des marchés depuis quelques semaines.

Les investisseurs connaitront en effet le 23 juillet le résultat des stress tests des établissements du vieux continent, lesquels doivent permettre de restaurer la confiance sur le marché interbancaire. L’opération mettra la BCE en première ligne : elle devrait recevoir le 21 juillet les banques pour discuter des résultats de ces tests.

Ces évènements à venir pourraient bien reléguer au deuxième plan la question d’un quelconque mouvement sur les taux. L’institut d’émission est en effet confronté à une dégradation des perspectives de croissance, alors même que l’inflation semble se stabiliser autour du niveau des 1.5%, un niveau inférieur à l’objectif de moyen terme de la BCE, fixé à 2%. Cette situation laisse de fait une marge de manœuvre à la banque centrale : l’institution francfortoise attendra une stabilisation de la situation sur le marché de la dette des Etats et une normalisation durable du marché interbancaire avant de remonter ses taux. Il est ainsi peu probable de voir une quelconque modification du biais de sa politique le premier semestre de l’année 2011.



Sur un mois, le rendement de l’OAT 10 ans, qui avait atteint 3.09% le 9 juin, a reculé à 2.97%. Un repli qui n’a néanmoins pas trouvé d’écho sur le marché du crédit immobilier. Les meilleurs taux de prêt à 15 ans n’ont quasiment pas bougé depuis la fin avril, restant à proximité des 3.30%. Le regain de méfiance observé sur le marché interbancaire n’est pas de nature à inciter les banques à se montrer agressives à l’orée de la saison estivale, laquelle se traduit traditionnellement par une atonie des grilles de taux.

© 2018 Emprunt Direct - Réalisation IMVE