Hausse des taux de la Fed : un changement d'orientation

17 décembre 2015

Hausse des taux de la Fed : un changement d'orientation

La Federal Reserve a remonte? ses taux de 25 points de base. C'est un tournant sur les marche?s de taux au niveau mondial.

Jamais depuis 2006, la banque centrale ame?ricaine n'avait augmente? ses taux directeurs. Suite aux publications d'une batterie d'indicateurs positifs depuis plusieurs mois, l'institution ne pouvait que resserrer sa position, faute de perdre une partie de sa cre?dibilite? en matie?re mone?taire.

Pour autant, faut-il craindre une hausse des taux ge?ne?ralise?e au niveau mondial? Historiquement, les resserrements en matie?re de politique mone?taire au niveau ame?ricain sont pluto?t annonciateurs des mouvements des banques centrales europe?ennes. Si le de?couplage entre une politique accommodante de la BCE et la politique plus dure de la Fed est re?el, il n'est en rien ine?dit : en 1999, les taux de la BCE avaient e?te? abaisse?s en de?but d'anne?e, alors me?me que, quelques semaines plus tard, la Fed remontait les siens.

La de?cision de la BCE adopte?e lors du dernier conseil des gouverneurs tend a? amoindrir le de?couplage. Les marche?s taux avaient anticipe? trois mesures : baisse du taux de facilite? de de?po?t, report du terme de la politique de « quantitative easing » auparavant pre?vu pour septembre 2016, et augmentation des montants mensuels des rachats d'actifs de 60 a? 80 milliards. Or, si la BCE a bien re?pondu aux attentes des marche?s sur les deux premiers points, elle n'a pas valide? le troisie?me, provoquant une hausse des taux de l'OAT et du Bund. Mario Draghi, qui s'attendait a? une telle hausse des taux de la part de la Fed, a semble-t-il souhaite? tempe?rer les attentes des marche?s, et e?viter des arbitrages trop importants suite a? l'annonce de la Banque Centrale ame?ricaine.

Ce mouvement ne devrait pas avoir sur les marche?s de taux d'effet haussier massif, ceux-ci restant pour l'heure face a? d'importantes forces de rappel. Mais le stimulus haussier d'hier n'est pas pour autant anodin. Si les chiffres macroe?conomiques ame?ricains confirment dans les semaines a? venir la reprise actuellement constate?e aux Etats-Unis, et que les statistiques europe?ennes tendent e?galement a? s'ame?liorer, ce de?couplage ne devrait pas se pe?renniser. Pour l'heure, sur le marche? du cre?dit immobilier, la stabilisation a? un bas niveau des taux est l'hypothe?se la plus re?aliste. Restera a? surveiller les prochaines annonces de la BCE sur le montant des rachats d'actifs, qui pourrait, en cas d'ame?lioration de la conjoncture en zone euro, e?tre amoindri. Car c'est bien une telle mesure qui pourrait avoir un impact haussier sur les taux.

© 2018 Emprunt Direct - Réalisation IMVE