Crédit immobilier : peu de mouvements en Nouvelle-Aquitaine

31 octobre 2017

Crédit immobilier : peu de mouvements en Nouvelle-Aquitaine

Aucune modification majeure n’a été observée ce mois-ci en région Nouvelle-Aquitaine sur le front des taux de crédit immobilier, au vu des différents barèmes transmis tout au long de ce mois par les établissements de crédits partenaires d’Emprunt-direct.com. 

Les seules évolutions observées ont été de très légers mouvements baissiers constatés sur des très bons, voire excellents dossiers, mais n’ont jamais excédé de l’ordre de 5 points de base.

Le début de deuxième temps fort de l’année immobilière est souvent marqué par des évolutions en profondeur des grilles. Cette année a fait exception, tant le besoin en production de crédit était moins prégnant que durant d’autres exercices. Le premier trimestre a en effet été marqué par une intense activité, avec un total de crédits nouveaux sur trois mois ayant quasiment atteint les 100 milliards d’euros.

Mais depuis la mi-avril, la production a atterri, et laissé place à un rythme plus conventionnel, le mois de septembre ayant été particulièrement faible en la matière. La forte activité du début 2017 s’est traduite par une légère contraction de celle-ci en deuxième partie d’année. 

« Les banques n’ont pas opté pour une posture offensive, dans un contexte d’attentisme sur les marchés obligataires », observe Alban Lacondemine, président d’Emprunt Direct. « Traditionnellement, les établissements financiers cherchent à parfaire en cette période leurs objectifs via des offensives commerciales, qui se traduisent par des baisses de taux. Mais la bonne production de début d’année permet aux banques d’envisager sereinement la fin 2017, dans un contexte plus dégagé sur les marchés de taux ».

La réunion de la Banque centrale européenne a, la semaine dernière, apporté aux banques une certaine visibilité en matière monétaire. « La BCE a indiqué vouloir prolonger sa politique non conventionnelle de rachat d’actifs. Ceux-ci seront, certes, amoindris de 30 milliards, mais prolongés jusqu’en septembre 2018. Cette moindre pression acheteuse sur les marchés pourrait, à moyen terme, se traduire par des pressions haussières sur les taux, même si l’impact à court terme reste pour l’heure limité », ajoute-t-il. 

© 2018 Emprunt Direct - Réalisation IMVE