Auvergne-Rhône-Alpes : pouvoir d'achat immobilier en repli

22 décembre 2017

Auvergne-Rhône-Alpes : pouvoir d'achat immobilier en repli

Les barèmes transmis tout au long du mois de décembre par les établissements de crédits partenaires d’Emprunt-Direct.com n’ont pas, en décembre, laissé transparaître de changements majeurs en Auvergne-Rhône-Alpes. 

Si bien que le baromètre issu de ces barèmes est quasiment stable, si l’on excepte quelques rares mouvements de 5 points de base sur diverses qualités de dossier.

Sur un an, 2017 se sera finalement traduite par des taux en légère hausse, même si l’année aura clairement été divisée en deux temps bien distincts. Un point bas sur les taux avait été touché en novembre 2016, et celui-ci avait été suivi par un mois de décembre et un début d’année 2017 marqués par une hausse des taux de crédit. Mais dès avril-mai, la baisse de la production a sensiblement stoppé le mouvement. De façon très graduelle, on a dès lors observé de légères baisses jusqu’en cette fin d’année. Les hausses de taux globalement constatées sur un an s’étalent de 5 à 15 points de base. 

Lorsque l’on observe les conditions applicables depuis un an, on constate qu’un ménage disposant d’un très bon dossier peut emprunter 200.000 euros sur 20 ans à un taux de 1,50%, contre 1,40% en décembre 2016. Sa mensualité, pour un prêt d’un montant identique, est désormais de 965 euros, contre 956 il y a un an, soit une hausse de 9 euros par mois, et un montant cumulé de 2.201 euros supplémentaires sur la durée du crédit.

Mais cette somme de 200.000 euros ne lui permet pas d’acheter les mêmes surfaces qu’il y a un an. La baisse de pouvoir d’achat immobilier est clairement sensible à Lyon, où les prix ont augmenté de plus de 6% sur un an, mais aussi, de façon beaucoup plus mesurée à Grenoble, où ils ont progressé de 1%. Avec 200.000 euros, un ménage peut désormais acheter 56,2 m2 à Lyon, contre 59,5 m2 il y a an, et 90,9 m2 à Grenoble, contre 91,7 m2 en 2016. L’emprunteur a, en revanche, clairement gagné du pouvoir d’achat à Saint-Etienne, où il peut, avec la même somme, acheter 225 m2 en 2017, contre 220 m2 en 2016, du fait de la baisse des prix.

« On observe, en Auvergne-Rhône-Alpes, une certaine disparité en termes de pouvoir d’achat immobilier, du fait des variations de prix contradictoires enregistrées au sein des grandes métropoles. La pouvoir d’achat immobilier sur un an est souvent en baisse sur les principales aires urbaines de la région, mais on note toutefois des exceptions, dues aux baisses de prix enregistrées dans certains secteurs », observe Alban Lacondemine, président d’Emprunt Direct.

Par ailleurs, du fait de la réforme des aides au logement et de l’amoindrissement de certains dispositifs étatiques comme le PTZ en zone détendue et l’abandon de l’APL accession, certains emprunteurs vont être exclus du marché, ceux-ci n’étant plus finançables. Ce sont en premier lieu les faibles revenus, et notamment les primo-accédants, qui souffriront en première ligne de cette situation. 

© 2018 Emprunt Direct - Réalisation IMVE