14 janvier 2010

Analyse des marchés financiers

 Conformément à ce qui était anticipé, la Banque Centrale Européenne a laissé inchangés ses taux directeurs, et ce pour la huitième fois consécutive. Son principal taux, celui des opérations principales de refinancement, reste ainsi à 1%. Ce nouveau statu quo est tout sauf une surprise. L’un des indicateurs les plus suivis par l’institution de Francfort, à savoir l’inflation en zone euro, reste encore loin de son objectif de moyen terme, fixé à 2%.

Analyse des marchés financiers

Conformément à ce qui était anticipé, la Banque Centrale Européenne a laissé inchangés ses taux directeurs, et ce pour la huitième fois consécutive. Son principal taux, celui des opérations principales de refinancement, reste ainsi à 1%. Ce nouveau statu quo est tout sauf une surprise. L’un des indicateurs les plus suivis par l’institution de Francfort, à savoir l’inflation en zone euro, reste encore loin de son objectif de moyen terme, fixé à 2%.

 

Aucun changement dans le biais actuel des taux n’est ainsi attendu avant la mi-2010. Au cours de cette période, la BCE devrait néanmoins tempérer sa politique monétaire ultra accommodante, en mettant un terme à ses dernières mesures non conventionnelles, à savoir les adjudications à 3 et 6 mois. Devrait suivre une période durant laquelle l’institution devrait se placer en observation, en gardant ses taux stables, au moins jusqu’à la fin du troisième trimestre 2010. Reste que si la Banque Centrale Européenne ne veut pas casser dans l’œuf la timide reprise observée en zone euro, les derniers indicateurs de conjoncture restent conformes aux phases de reprise traditionnelles, avec un biais clairement orienté à la hausse sur les derniers indicateurs d’activité dans l’industrie et les services. La présence d’importantes liquidités dans le système financier est en outre vu comme un risque non négligeable, comme l’a récemment laissé entendre Jean Claude Trichet, qui s’exprimait alors à Bale, en tant que président du G10, institution qui chapote les dix principales banques centrales.

Sur le front des taux de crédits immobiliers, cette position de la BCE devrait se traduire par une stabilité des taux au cours du premier quadrimestre, qui comprend la première grosse période de production de prêts immobiliers de mars-avril.

© 2018 Emprunt Direct - Réalisation IMVE